L’automédication : une pratique à éviter ?


Divers /

Lorsque nous ressentons un malaise ou une douleur ou encore un mal quelconque, il nous arrive souvent de prendre des médicaments sans aucune ordonnance médicale. Cette pratique appelée automédication peut parfois s’avérer dangereuse bien qu’elle puisse nous aider à obtenir un soulagement rapide dans certains cas. Pourquoi est-il déconseillé de faire l’automédication ?

Le concept et les risques de l’automédication

L'automédication est un exemple d'utilisation inappropriée des médicaments, considérée comme un problème de santé dans le monde entier. Ainsi parmi les dangers des medicaments, l’intoxication représente un cas très fréquent et grave.

En effet, l'utilisation incorrecte de médicaments peut aggraver une maladie, car une utilisation inappropriée peut masquer certains symptômes. Si le médicament est un antibiotique, l'attention doit toujours être redoublée.

Un usage abusif de ces produits peut faciliter l'augmentation de la résistance des micro-organismes, ce qui compromet l'efficacité des traitements. Une autre préoccupation concernant l'utilisation des médicaments concerne les combinaisons inappropriées.

Dans ce cas, l'utilisation d'un médicament peut annuler ou potentialiser l'effet d'un autre. L'utilisation incorrecte ou irrationnelle des médicaments peut également avoir des conséquences telles que : des réactions allergiques, une dépendance et même la mort.

Les différents types d’automédication

Bien que l’automédication soit découragée, il est à noter que toutes les situations d’autotraitement ne représentent pas une automédication. Voici quelques types d’automédication

- Abus de médicaments ou polymédication : Cela englobe les cas d’overdose d’un médicament, de confusion au niveau de la dose ou de combiner ce médicament avec d’autres médicaments incompatibles

- Utilisation inappropriée de médicaments antimicrobiens, souvent à des doses incorrectes ou pour des infections non bactériennes

- Utilisation excessive d'injectables dans des cas où des formes pharmaceutiques orales seraient plus appropriées

- Prescription en désaccord avec les directives cliniques : les experts considèrent que plus de 50 % de tous les médicaments sur ordonnance sont délivrés ou vendus à tort.

- Automédication inappropriée, souvent avec des médicaments nécessitant une ordonnance.